Céréales et bois dans l’économie tardomédiévale, approches croisées – Journée d’étude (Milan, Università degli Studi, 3 juin 2024) – Résumés des communications

Aline Durand (Univ. Le Mans) et Marie-Pierre Ruas (CNRS) : L’étude des céréales au prisme de la carpologie. 

A. Durand revient sur les changements de régime alimentaires. Dans la continuité des période précédentes, les céréales vêtues, et plus particulièrement l’orge d’hiver et le froment dominent au Moyen Age. Cependant, au tournant des VIe-VIIe s., l’essor du seigle, constitue une mutation majeure enregistrée également par les textes (Comet 1992). Les céréales sont bien plus diversifiées qu’on pourrait le penser : l’engrain et l’amidonnier comptent encore jusqu’à 10% des cultures au 15e siècle, et le sorgho est attesté en Italie depuis les IVe-Ve s. et en Aquitaine depuis les XIIIe-XIVe s. Les progrès récents de la morphométrie géométrique, qui documente avec une grande finesse les différences variétales, conduit à une meilleure évaluation de l’agrobiodiversité dans le temps et l’espace. Il a ainsi pu être établi (publication en cours A. Jeanty) que le poids moyen d’un grain d’orge passait de 25 grammes dans l’antiquité tardive à 35 grammes à la fin du Moyen Âge (contre 30-35 grammes actuellement) et que certaines espèces n’étaient cultivées que dans certains endroits.

Elle aborde ensuite les pratiques agraires : les grains mêlés (méteils), qui représentent jusqu’à 10-20%, sont attestés en Languedoc, vraisemblablement dès le semis, ce qui permet de répartir les risques de maladies et d’aléas climatiques ; de même que la fumure des champs : les nombreuses céramiques recueillies en prospection archéologique, sont désormais considérées comme indicatrices de fumier car elles sont jetées sur les tas en macération et s’y mêlant avant d’amender les champs. D’autre part, le stockage se fait majoritairement en silos jusqu’à la fin du XIIIe siècle où les greniers se développent. Celui du Castlar de Durfort XIIIe-XIVe siècle en Montagne noire, Massif central (fouille B. Pouthomis), étudié par M-P Ruas (2002) montre un impressionnant système de stockage sur une partie du site qui paraît imprenable, avec une spécialisation de chaque espace de stockage par espèce céréalière.

Enfin, elle nous présente les évolutions des systèmes de culture et les terroirs céréaliers :  la carpologie permet de relire les textes et de proposer de nouvelles équivalences de vocabulaire selon les régions, de caractériser des rotations et systèmes culturaux, de montrer leur adaptation fine aux terroirs, avec notamment une grande différence entre les plaines et les montagnes.


Paolo Grillo (Univ. Milan) : Quelques questions sur la production et la consommation du bois après 1350 : Italie, France, Espagne

La question du retour en force des incultes et des forêts n’est pas toujours attesté par l’archéologie et les documents : la peste n’empêche pas la progression de l’anthropisation des paysages boisés

Production : Dans le courant du 14e siècle, les réglementations sur la protection des forêts se mettent en place, mais n’ont pas de lien avec la peste noire (protection des forêts royales, de leur exploitation et surtout des rentrées fiscales qu’elles assurent). En Italie, sans autorité centrale, les réglementations sont plus restrictives au 14e siècle. Les pratiques de gestion raisonnée de la forêt en fonction du type de bois attendu se développe, et peuvent être avantageuses, car fournissent davantage de revenu qu’un champ, mais avec moins de main-d’œuvre.

Consommation : Deux circuits de consommation – qui deviennent également des circuits de commercialisations – existent, l’un basé sur la quantité de bois plutôt jeunes (pour le chauffage, les activités manufacturières, notamment la sidérurgie, et la production de charbon qui requièrent des volumes considérables) et se déroulant sur des distances courtes et moyennes, et l’autre centré sur la recherche de bois de qualité, souvent centenaires, donc plus difficiles à trouver et obtenus par des échanges commerciaux sur des distances moyennes et longues.

Pour le chauffage quotidien, les jeunes arbres et les branchages sont utilisés. Les chantiers navals et la construction sont parmi les consommateurs les plus exigeants (la sidérurgie et le charbonnage, non évoqués par manque de temps, pourraient être ajoutés : voir les travaux de C. Verna). L’analyse des bois montre des approvisionnements lointains et d’arbres très anciens (250 ans ou plus) pour les mâts et les coques. Dans tous les cas, les chantiers sont très intéressants car ils fournissent des données sérielles et qu’on peut espérer les croiser avec les approches dendrochronologiques.

Commercialisation : La commercialisation du bois se développe aux 14-15e s, comme l’attestent les études sur Pavie (vente sur le parvis de la cathédrale) et Toulouse (C. Fabre). Elle mobilise des petits paysans qui prennent l’initiative locale jusqu’aux grands marchands, déplaçant le bois par flottage et cabotage maritime, ce qui n’est pas sans susciter des conflits d’usage et des calculs de rentabilité pour tenir compte des coûts du transport.


François Blondel (Univ. Genève) Lisa Shindo (Nice métropole – CCJ UMR7299), Vincent Labbas (Univ. Liège – KIK-IRPA) : Quels apports de la dendrochronologie ? Histoire, économie, climat et base de données

F. Blondel présente au nom de ses collègues les apports et avancées récentes de la dendrochronologie. Pour la période médiévale, on travaille surtout à partir des bois conservés, donc du bois d’œuvre issu de la construction, soit en milieu sec soit en milieu humide. On dispose d’un grand nombre de données pour les 14-15e siècles, en raison de l’abondance des projets récents de conservation du patrimoine, avec des bâtiments encore debout qu’on entend conserver.

La méthodologie pour collecter les données et établir un référentiel standardisé est présentée, de même que les possibilités de la discipline : il est possible d’estimer l’âge des arbres à la saison près, mais aussi de savoir sur quel type de sol l’arbre a poussé (en croisant avec les analyses isotopiques) et de déterminer sa provenance (en croisant avec les analyses ADN et isotopiques). Actuellement, les analyses au niveau de la cellule se développent même, pour fournir des reconstitutions du climat, plus précise que celles menées à partir des variations de largeur des cernes.  Le climat impacte forcément la croissance des arbres, mais pas seulement… D’autres facteurs rentrent également en compte : le type de sol, le type de peuplement (milieu fermé à ouvert), mais aussi l’anthropisation des espaces forestiers sont des données tout aussi importantes pour mieux appréhender l’histoire des pratiques d’exploitation.

Plusieurs études sont présentées lors de la communication, notamment les référentiels établis sur certaines essences, les travaux sur la ville de Clermont Ferrand antique ou le sud-est de la France durant la période médiévale. Les projets GROOT (Grouping Research on Tree-ring database) et Raindrops , dont la candidature est en cours d’examen, laissent espérer des progrès importants dans les toutes prochaines années.


Raul Estangui Gomez (CCHS/CSIC Madrid) : Le commerce du bois en Méditerranée orientale à la fin du Moyen Âge

Le commerce du bois en Méditerranée orientale se cantonne à l’échange d’espèces issus de cet espace (alors que le blé serait échangé sur de plus vastes espaces), avec des ressources importantes dans les Balkans, l’Anatolie et certaines régions de la mer noire.

Le contexte géopolitique est important pour comprendre les routes du commerce. Depuis le XIIIe siècle, la pax mongolica consolide le rôle de Constantinople comme intermédiaire avec l’Occident et l’Egypte. Avec la fragmentation du sultanat seldjoukide en Asie mineure, le royaume arménien de Cilicie (Petite Arménie), et les ports de Millet (Palatia) et Théologo (Ephèse) deviennent des plaques tournantes, mais la ligne commerciale Constantinople-Alexandrie se maintient. D’ailleurs, même lorsque l’empire byzantin est très réduit, Constantinople et d’autres ports byzantins deviennent des lieux d’exportation du bois en provenance de Thrace et des régions de la Mer Noire, grâce à des accords commerciaux avec les Ottomans. La mention du « bois impérial » atteste l’implication de l’empereur dans ce commerce très lucratif, en particulier à destination de l’Égypte.

Les actes des notaires génois et vénitiens de la fin du XIVe et de la première moitié du XVe siècle témoignent du commerce des doge/douelles (planches pour faire des tonneaux) dans des quantités impressionnantes (plusieurs dizaines de milliers de doge par an pour Giacomo Badoer en 1437-1439 par exemple) : ce bois transformé est importé depuis Constantinople et Thessalonique vers la Crète, qui développe son commerce d’exportation de vins[1]. Notons enfin que le commerce de chaises et de meubles d’origine byzantine se développe en Occident de la fin du Moyen-Âge[2]. Texte


[1] T. Ganchou, « La fraterna societas des crétois Nikolaos et Géôrgios Polos (Polo), entre Constantinople et Moncastro: affaires, dévotion et humanisme », Thesaurismata, 39-40, 2009/10, p. 111-228.

[2] D. Duran Duelt, “Icons and minor arts: a neglected aspect of trade between Romania and the crown of Aragon”, Byzantinische Zeitschrift, 105, 2012, p. 29-52.

Réunion de lancement du programme ANR ECOMED – Milan – 3-5 juin 2024

La réunion de lancement du programme ANR ECOMED se tiendra à Milan du 3 au 5 juin 2024.

Le projet ANR ECOMED – Les économies méditerranéennes à la fin du Moyen Âge. Crises, reconstruction, restructurations (ANR-23-CE27-0026) est coordonné par Cédric Quertier (CNRS, LAMOP) et rassemble une soixantaine de chercheurs de France (CNRS, univ. Paris 1 et Aix-Marseille-Université), d’Espagne (CSIC, univ. Barcelone, Lérida, Saragosse), d’Italie (univ. Milan, Rome 2, Cagliari), d’Angleterre et de Grèce, spécialisés dans l’étude des mondes méditerranéens dans une perspective interculturelle.

Le projet part du constat d’une divergence entre les historiographies de l’Europe du Nord et du bassin méditerranéen. Il vise à rassembler et connecter les données historiques, archéologiques et paléo-environnementales pour construire un référentiel commun au monde académique intéressé aux transformations économiques de la fin du Moyen Âge. Pendant 48 mois, il étudiera des aspects tels que les réponses aux transformations environnementales de part et d’autre de la mer ; la diversification et la commercialisation des productions agricoles et artisanales ; l’utilisation des matières premières et la circulation des marchandises ; l’adaptation des institutions et des États, ainsi que les conflits structurant la période et la zone ; il s’intéressera enfin aux recompositions sociales et à la croissance.

Le but de ces journées est de tester les formes de mise en commun possibles à travers des leçons portant sur des produits du vivant et de mener une réflexion une réflexion commune sur les bases de données à construire dans le cadre du programme Ecomed. La dernière demi-journée est consacrée aux aspects pratiques.

Quatre catégories de produits du vivant ont été retenus : céréales, bois, textile, produits de l’élevage.  Ils ont été choisis parce qu’ils sont largement diffusés (aux échelles locales, régionales et méditerranéennes), parce qu’ils ont un impact environnemental et spatial prononcé et parce qu’ils occupent une grande partie des activités économiques.

Programme

Lundi 3 juin – 9h30-17h : objectifs scientifiques

  • Cédric Quertier : présentation des objectifs scientifiques du projet ECOMED (20-30 min)

Bilans sur deux produits du vivant

Le blé

  • Pere Benito et Albert Reixach (Univ. Lleida) : « Économies du grain en Méditerranée occidentale: formation des prix et politiques annonaires » [30 min]
  • Dominique Valérian (Univ. Paris 1, Orient et Méditerranée) : « Le commerce du blé en Méditerranée, entre enjeux économiques et politiques » [30 min]
  • Aline Durand (Univ. Le Mans) et Marie-Pierre Ruas (CNRS) : l’étude du blé d’après les méthodes archéologiques [titre provisoire, 30 min]
  • Discussion générale

Déjeuner

Le bois

  • Paolo Grillo (Univ. Milan) : « Quelques questions sur la production et la consommation du bois après 1350 : Italie, France, Espagne » [30 min]
  • François Blondel (Univ. Genève) : « Quels apports de la dendrochronologie ? Histoire, économie, climat et base de données” [30 min]
  • Raul Estangui Gomez (CCHS/CSIC Madrid) : “Le commerce du bois en Méditerranée orientale à la fin du Moyen Âge” [30 min]
  • Discussion générale

Mardi 4 juin – 9h30-17h : formalisation du questionnaire scientifique et de la base de données

Les réflexions générales et la journée test sur 2 des 4 produits issus du vivant doivent servir à formaliser la base de données et à articuler le travail collectif dans deux directions : les rencontres scientifiques (colloques) et le remplissage de la base (ateliers et travail au fil de l’eau)

Objectif :

  • Présentation des post-doctorants recrutés (archéologie et histoire)
  • Cédric Quertier : présentation du questionnaire scientifique (liste des Work Package et des tâches)
  • Post-doctorants : présentation d’une ébauche de structure fondamentale de la base de données et des solutions informatiques à disposition (en open access).
  • Discussion générale : Réflexion sur la formalisation de la base de données : discussion du questionnaire scientifique, sélection des indicateurs pertinents, élaboration d’une méthode de travail et d’une répartition des tâches.
  • Réflexions sur les livrables associés (base, chapitres de synthèse, site web dynamique) et pistes pour le plan de gestion de données (attendu à 6 mois [01/10/24], 24 mois et 48 mois).

Mercredi 5 juin – 9h-13h : calendrier et organisation du travail

Répartition des tâches et élaboration du programme des années à venir

Objectif :

  • Présentation des livrables attendus, des échéances financières et scientifiques, des obligations auprès de l’ANR.
  • Présentation d’un calendrier indicatif pour choisir les dates et les localisations des deux réunions annuelles à planifier (automne/Toussaint et printemps/Pâques) en fonction des possibilités des institutions partenaires et des publications prévues. Pour chaque thème (schématiquement : 1. Environnement ; 2. Production, consommation, commerce ; 3. Institutions ; 4. Société), l’objectif est d’associer un colloque à l’automne et la discussion des chapitres écrits au printemps, pour obtenir un livre achevé au printemps 2028.
  • Désignation de responsables de thématiques et répartitions des tâches (thématiques et tâches contractuelles définies dans le projet ANR correspondant à des sous-thématiques).
  • Structuration du plan d’un ou de deux ouvrages (si des regroupements de thématiques apparaissent préférables lors de la discussion, par exemple les thèmes 1-2 et 3-4 pourraient être traités ensemble).
  • Concernant la base de données : répartition des tâches et modalités de collecte des données en concertation avec les postdoctorants (ie : qui saisit dans la base, qui transmet des publications et des données à insérer, qui fait la synthèse ?

Le programme au format PDF est téléchargeable ici.

Présentation du projet

Le projet ECOMED (Économies de la Méditerranée à la fin du Moyen Âge, 1350-1500) rassemble 41 chercheurs titulaires provenant d’Espagne, de France, d’Italie et de Grèce, spécialisés dans l’étude des mondes méditerranéens et intéressés par les questions liées à l’interculturalité comme à l’interconnexion entre sociétés différentes. Il part du constat d’une divergence entre les historiographies concernant l’Europe du Nord et celle de la Méditerranée, les premières s’appuyant sur un faisceau de recherches portant sur le climat, les incidences de la peste et la conjoncture économique qui font encore assez largement défaut pour l’espace méditerranéen. Celui-ci est considéré par le projet comme un espace unique où les questions se posent de la même manière. L’hétérogénéité du régime documentaire des mondes byzantin, musulman et chrétien a donné naissance à des historiographies très différentes, bien que les problèmes rencontrés soient analogues: la présence et la récurrence de la peste, la multiplication des disettes et des famines dans un climat devenu instable et tendant à être plus humide et plus froid au début du « petit âge glaciaire », l’instabilité politique qui se manifeste par des guerres incessantes et dévastatrices et des recompositions étatiques constituent des données de fait communes à l’ensemble du bassin. La pertinence d’une divergence au XVe siècle entre Sud et Nord doit être examinée, de même que doivent être examinées les différences entre Est et Ouest et les recompositions territoriales internes alors que tout montre aussi des pratiques favorisant l’interculturalité entre mondes musulman et chrétien. Le projet ECOMED étudiera les défis environnementaux rencontrés de part et d’autre de la mer ; les productions agricoles et artisanales ; l’utilisation des matières premières et la circulation des marchandises ; les institutions et les conflits structurant la période et la zone ; il s’intéressera enfin à la mobilité sociale et à la croissance.

The ECOMED project (Economies of the Mediterranean at the end of the Middle Ages, 1350-1500) brings together some 41 researchers from Spain, France, Italy and Greece, all of whom are specialized in the study of the Mediterranean worlds and are particularly interested in questions related to interculturality and the interconnection between different societies. It starts from the observation that there is a divergence between historiographies concerning Northern Europe and the Mediterranean, the former being based on a body of research on climate, the effects of the plague and the economic situation, which is still largely lacking for the Mediterranean area. The project considers the Mediterranean area as a unique space where the questions are posed in the same way. The heterogeneity of the documentary regime of the Byzantine, Muslim and Christian worlds has given rise to very different historiographies, although the problems encountered are similar: the presence and recurrence of the plague, the multiplication of famines and famines in a climate that had become unstable and tended to be wetter and colder at the beginning of the “Little Ice Age”, the political instability manifested by incessant and devastating wars and state recompositions constitute facts that are common to the entire basin. The relevance of a divergence in the 15th century between the South and the North must be examined, as must the differences between East and West, while all the evidence also points to practices favouring interculturality between the Muslim and Christian worlds. The ECOMED project will study the environmental challenges encountered on both sides of the sea; agricultural and artisanal production; the use and circulation of raw materials and merchandises; the institutions and conflicts structuring the period and the area; and social mobility and growth.